Deux instruments spatiaux passent devant Vénus en double vol

Les

A découvrir également : Internet mondial peut souffrir d'une « apocalypse » causée par des tempêtes solaires | Science

instruments spatiaux liés à deux missions conjointes distinctes ont passé Vénus, lors d’un double vol nécessitant la précision et la coordination de trois agences spatiales : d’une part, l’orbiteur solaire (ou « orbiteur solaire », une mission conjointe entre la NASA et l’ESA), tandis que de l’autre, nous avons la sonde BepiColombo (de l’ESA) avec JAXA, l’agence japonaise).

Solar Orbiter a passé Vénus à une distance de près de 8 000 km de la surface, vers son objectif : le Soleil, où il se consacrera à l’étude de l’ « astro-roi ». Environ 33 heures plus tard, la sonde BepiColombo a dépassé la même planète, à seulement 552 km de la surface. Elle se dirige vers Mercure, la destination de son voyage.

En parallèle : SEO White Hat et SEO Black Hat : zoom sur la question

Les vols ont eu lieu respectivement les 9 et 10 août 2021.

A lire aussi

Selon la NASA, Vénus est la plus chaude de toutes les planètes de notre système solaire, ce qui a été perçu de l’extérieur de BepicColombo : selon les mesures officielles, la température des instruments et des systèmes a augmenté considérablement – de -100 ºC à 10 ºC au point le plus élevé de proximité. Cependant, la température à l’intérieur de la sonde n’a augmenté qu’entre 2 ºC et 3 ºC, ce qui montre que l’isolation thermique fabriquée par ESA/JAXA est très efficace.

Vénus est visible en arrière-plan, sur une image réalisée par la sonde BepiColombo : le projet est mené conjointement entre les agences spatiales européennes (ESA) et japonaises (JAXA). Image : ESA/Disclosure

Afin d’éviter que leurs itinéraires ne se croisent, les deux engins spatiaux se sont appuyés sur des caractéristiques de très haute précision. Dans les deux cas, ils ont utilisé ce que l’on pourrait appeler des « volants moteur à réaction », qui sont essentiellement des roues qui tournent plus rapidement lorsque l’objet sur lequel ils sont installés fait face à une forte attraction gravitationnelle, comme un passage près de la surface d’une planète.

Au sein de BepiColombo, un instrument (« ISA » ou « accéléromètre à ressort francen ») a pu capturer les données d’accélération de la sonde, les convertissant en fréquence audible en oreilles humaines :

On s’attend maintenant à ce que BepiColombo prenne son premier (six) vol à Mercure le 1er octobre 2021. En même temps, le Solar Orbiter devrait encore une fois passer la Terre le 27 novembre, quand il corrigera sa trajectoire et se dirigera vers le Soleil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *