Un voyage en voiture en 2050*

São Paulo, matin d’un jour de 2050. Une réunion d’affaires à Campinas est prévue à la dernière minute. Vous ouvrez une application de partage de voyages sur votre téléphone et vous constatez que dans une demi-heure, une voiture quittera le côté de votre bureau et atteindra un pâté de maisons de votre destination finale avec trois autres personnes. Au point de départ, les quatre personnes entrent dans la voiture en tant que passagers — la voiture est autonome, sans conducteur.

Cela peut vous intéresser : Orange fibre haut débit, promo jusqu’au 16 mai 2018

Sur le chemin, toutes les voitures sont autonomes. De plus, ils communiquent entre eux et avec des capteurs sur la route, ce qui indique, par exemple, la vitesse maximale autorisée. Les véhicules négocient des dépassements (si nécessaire !) en temps réel et est conscient de la position de chaque voiture dans la région. Les accidents majeurs sont des musées depuis 2046.

Après une heure de conversation avec vos compagnons de route, la voiture arrive à sa destination finale et, après le débarquement des passagers, elle ne mettra pas de carburant dans le réservoir, mais rechargera la batterie – après tout, la voiture est électrique.

Sujet a lire : Deux instruments spatiaux passent devant Vénus en double vol

Cela semble lointain, mais en y pensant, nous avons déjà vu ce film. Tout ce qui se passe ici reflète quatre macrotendances dans les secteurs de l’automobile et de la mobilité : la voiture du futur sera partagée, autonome, connectée et électrique. Ces tendances sont naturellement entrelacées, comme nous le verrons ensuite.

Partagé

C’est l’aspect le plus fort jamais connu en 2018 : beaucoup d’entre nous utilisent déjà des applications individuelles de transport, de conduite ou de voitures partagées pour se déplacer dans les grandes villes ou prendre la route. La voiture est de plus en plus partagée, c’est-à-dire utilisée par d’autres personnes que le propriétaire du véhicule. En passant, la propriété de véhicules par des particuliers sera remplacée par des flottes gérées par des entreprises : sociétés de location de voitures (traditionnelles ou à la demande), exploitants de flottes ou même les constructeurs automobiles eux-mêmes. Une autre façon de voir ce phénomène est que de plus en plus de gens préfèrent louer le service de navette entre A et B plutôt que d’acheter la voiture.

Notez que le partage est un élément presque obligatoire — une étape intermédiaire — dans la migration des voitures à moteur humain vers des voitures autonomes (voir ci-dessous), en pensant au moins à la poussette traditionnelle. La réciprocité est vraie : les voitures autonomes rendront l’ « appariement » des plateformes de partage beaucoup plus efficace.

Autonome

Personne ne sait si cela prendra deux, cinq, dix ou vingt ans, mais les voitures autonomes sont sur le point de devenir réalité. Ils se produiront par vagues, selon des cas d’utilisation spécifiques : d’abord sur la route (les véhicules déjà testés sont déjà presque 100% autonomes sur des routes bien balisés), puis dans les rues de banlieue, puis dans les rues animées des grands centres.

Une liste non exhaustive des avantages :

  • Moins d’accidents : après tout, la plupart des accidents majeurs surviennent en raison de défaillances interdit
  • Gains environnementaux : Les véhicules autonomes doivent éliminer la congestion, accélérer les déplacements et donc consommer moins de carburant (ou d’énergie !). De plus, avec une utilisation partagée
  • Plus de temps libre et de productivité : le temps de conduite (et les économies sur les déplacements) seront destinés aux loisirs/bien-être ou au travail

Les voitures autonomes sont rendues possibles grâce à une combinaison de nombreuses technologies : matériel (capteurs, scanners, caméras, puces de traitement) et logiciels (algorithmes de routage et d’interprétation d’images, entre autres), sans oublier les « bases », telles que le GPS ou les données provenant de plates-formes cartographiques.

Connecté

En mars 2015, Tesla Motors a annoncé la sortie d’une mise à niveau du système d’exploitation en direct ou OTA pour toutes ses berlines Model S. « Nous avons conçu la Model S pour être un ordinateur sophistiqué sur roues. (…) la mise à jour logicielle fonctionne de la même manière que nous avons mis à niveau un ordinateur portable ou un smartphone », a déclaré le fondateur Elon Musk lors de l’annonce.

Mais pourquoi est-ce que ce souvenir ? Pour montrer que les voitures connectées étaient déjà une réalité cette année-là. Trois ans plus tard, ce mouvement n’évolue que.

Il convient de noter que lorsque nous parlons d’une voiture connectée, nous ne parlons pas de la voiture connectée (accès au Bluetooth, etc.). C’est le début de l’histoire. Les véhicules de raccordement ont de multiples possibilités :

  • V2I (véhicule à infrastructure) : communication entre véhicules et feux de signalisation, routes, ponts et tout élément d’infrastructure. C’est-à-dire qu’un feu de signalisation peut avertir les véhicules situés à proximité qu’il deviendra rouge, ce qui leur permet de ralentir de façon préventive
  • V2V (véhicule à véhicule) : communication entre véhicules. Dans l’exemple ci-dessus, les véhicules peuvent non seulement recevoir le message du feu de signalisation, mais également l’envoyer à toutes les voitures voisines, pour s’assurer qu’ils s’arrêteront également
  • .

  • V2X (Vehicle-to-Everything) : communication avec toute autre entité, pour la surveillance (localisation, vitesse), le diagnostic, la mise à jour et même la maintenance en temps réel

Le grand avantage est, bien sûr, la sécurité, car les voitures et les infrastructures peuvent se coordonner mutuellement, en évitant les accidents.

Tram

La France prévoit d’interdire les voitures non électriques à partir de 2040. Volvo souhaite que la moitié de ses nouvelles voitures, dès 2025, soient entièrement électriques. Porsche a des plans similaires.

Ce n’est pas pour rien que l’industrie automobile embrasse les voitures électriques. Après tout, il s’agit de voitures dont les émissions polluantes sont pratiquement nulles, surtout si elles sont chargées d’énergie produite à partir de sources renouvelables. En outre, les voitures électriques sont moins chères à « carburant » et à entretenir, car elles ont moins de pièces mobiles qu’une voiture à moteur à combustion, en plus de ne pas avoir d’échappement, de radiateurs, d’injection, où ces tendances commencent à se répandre. D’ici là, nous aurons beaucoup de tests, de mises à jour et d’améliorations. Et des apprentissages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.