Les scientifiques vont cultiver des tissus humains miniatures à bord de l’ISS

Les chercheurs de l’Université de Zurich, en Suisse, veulent faire pousser des tissus humains miniatures sur la Station spatiale internationale (ISS). Pour atteindre cet objectif, l’institution a signé un partenariat avec Airbus.

A lire aussi : « Free Fire MAX » reçoit la date de sortie mondiale

Fondamentalement, l’objectif de la recherche est d’analyser comment les environnements de microgravité, tels que l’ISS, affectent et régulent les cellules humaines. Pour ce faire, ils ont l’intention d’utiliser la station comme une sorte d’ « atelier », en utilisant leur cadre scientifique pour créer des tissus pouvant être retournés sur Terre, pour des applications en recherche et en médecine.

A lire aussi

Lire également : SpaceX lance le premier vol spatial entièrement civil en un mois

Des scientifiques de l’Université de Zurich espèrent développer des tissus humains à bord de l’ISS dans le cadre d’une nouvelle expérience. Image : Airbus/Divulgation

Oliver Ullrich, professeur d’anatomie à l’Université de Zurich, et la biologiste Cora Thiel utilisent la microgravité pour développer des tissus tridimensionnels appelés « organoïdes », dérivés de cellules souches adultes. « Sur Terre, ces organoïdes sont impossibles à produire sans structures matricielles, en raison de l’action de la gravité », a déclaré Thiel.

L’une des utilisations pratiques de ces organoïdes serait l’utilisation de tests pharmacologiques, tels que de nouveaux médicaments ou vaccins, sans qu’il soit nécessaire d’utiliser du matériel expérimental sur des animaux vivants, par exemple. Un autre point d’intérêt est l’expansion du volume d’organes disponibles pour les greffes : à mesure que les organoïdes s’éloquent d’une cellule humaine, il est théoriquement possible de développer des organes entiers à partir de ces tissus, ce qui pourrait réduire les files d’attente de greffe dans le monde entier, sauvant plus de vies en moins de temps.

Une expérience similaire, également de la même université, a été menée en mars 2020. À l’époque, 250 éprouvettes contenant du matériel cellulaire humain ont passé un mois à l’ISS. Dans l’environnement à gravité zéro, les cellules souches adultes se sont développées en structures organiques différenciées, avec foie, os et cartilage. Une lignée similaire ici sur Terre, par contre, a montré une différenciation cellulaire minimale, voire aucune.

Avec le test actuel, les scientifiques veulent voir si la même réponse peut être obtenue avec des variations génétiques plus larges. Par conséquent, les éprouvettes contenant les cellules souches proviennent de deux hommes et deux femmes d’âges différents. « Actuellement, l’accent est mis sur la résolution des problèmes d’ingénierie de production et de contrôle de la qualité », a déclaré Ullrich.

« En cas de succès, le test montrera que cette technologie a déjà évolué vers un état de maturité opérationnelle. Avec cela, Airbus et l’Université de Zurich pourront continuer à contribuer à l’amélioration de la vie sur Terre grâce à des solutions spatiales », a déclaré Julian Raatschen, chef de projet chez Airbus dans un communiqué.

Le navire avec les échantillons devrait retourner sur Terre en octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *