La Chambre débat sur la responsabilité des médias sociaux dans la lutte contre les fausses nouvelles

Un débat à la Chambre des députés ce vendredi (19) a porté sur la responsabilité des réseaux sociaux, de la presse et d’autres organes dans la lutte contre les fausses nouvelles. La discussion sur le sujet s’est intensifiée en raison du grand nombre de fausses nouvelles apparues pendant la pandémie de Covid-19. Le but de l’audience virtuelle était d’obtenir des données pour 78 projets de loi traitant de la liberté, de la responsabilité et de la transparence sur Internet.

Dans le meme genre : Windowsfx 11 est une distribution Linux avec le visage de Windows 11 (et ne demande pas de TPM) — Applications et logiciels — info

Orlando Silva (PCDoB), adjoint et rapporteur du projet de loi, a chargé les entreprises de soumettre leurs propositions pour lutter contre les fausses nouvelles. Mônica Guise, responsable de l’intégrité de Facebook et d’Instagram, a déclaré que l’entreprise s’est engagée à lutter contre la désinformation et que cela a été renforcé par la pandémie de Covid-19.

Fausses nouvelles sur les réseaux sociaux

Selon Guise, « Facebook, qui compte 2,7 milliards d’utilisateurs, dispose désormais de 80 vérificateurs de faits pour renforcer le filtre des fausses informations. En ce qui concerne la seule pandémie de Covid-19, 18 millions de désinformations ont été retirées du réseau social, du centre d’information sécurisé, lancé en partenariat avec deux universités américaines. Entre avril et juin, 1,7 milliard de faux comptes ont été détectés et supprimés avant qu’ils ne causent des dommages. »

A voir aussi : Home Cinema : « Cing » arrive au Brésil avec des sorties ; découvrez comment acheter des billets

« La protection de la démocratie contre la désinformation est une responsabilité partagée. J’espère que les exemples et les chiffres que vous avez apportés ici pourront illustrer qu’une action rapide et transparente contre les abus commis à la fois sur Facebook et Instagram est l’une des contributions les plus importantes que nous puissions donner à la protection de notre démocratie », a-t-il ajouté.

Malgré les actions annoncées, l’Association nationale des journaux (ANJ) a déclaré que les mesures sont encore rares face au gros problème des fausses informations sur les réseaux sociaux. « Le grand émetteur de désinformation est celui des groupes de messages. Le problème est donc beaucoup plus large. C’est pourquoi le monde a commencé à discuter d’un moyen de résoudre ou d’atténuer le problème de la désinformation, en renforçant l’activité journalistique, qui inclut les vérificateurs de faits et l’univers entier de la production d’informations professionnelles avec valeurs, éthique, principes et responsabilité », a déclaré Marcelo Rech, président de l’entité.

« Je suis convaincu que pour lutter contre la désinformation, nous devons disposer d’informations. Pour décourager le mensonge, nous devons stimuler le sens critique. Je considère que le rôle du journalisme est fondamental. Lorsque nous réfléchissons à la désinformation, nous devons également réfléchir au rôle que doivent jouer le journalisme et la production de nouvelles », a expliqué Orlando Silva.

En savoir plus :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *