L’eau est un élément important dans le quotidien. On ne peut s’en passer, que ce soit pour préparer la nourriture, pour le ménage ou pour l’hygiène corporelle. Dans une habitation, le système de canalisation doit etre au norme pour la circulation de l’eau potable et l’évacuation des eaux usées. Pour les eaux usées ou eaux vannes, cela s’appelle l’assainissement. Ce système permet de protéger l’environnement des déchets que l’eau usée fait circuler. Ainsi, assainir l’intérieur de sa maison est donc une base quand on pense en construire une. Mais quel type d’assainissement est le plus adapté ?

Assainissement collectif ou tout à l’égout, un système inévitable

L’assainissement collectif ou le tout à l’égout est un système mis en place par une ville. Si l’emplacement de la maison se trouve en ville, ce système reste la seule solution. Les citadins n’ont donc pas trop le choix. L’espace très limité de la ville fait que la commune procède directement au raccordement de l’assainissement d’une maison à celui de la ville. Un contrôle est même effectué et le propriétaire de la maison ou de l’immeuble doit une redevance d’assainissement à la commune. Effectivement cette règle ne s’applique pas quand la ville n’a pas son propre assainissement.

Assainissement individuel ou non collectif, un système plus naturel

L’assainissement individuel est obligatoire pour les maisons en périphérie, suburbaine ou isolées. Son installation doit suivre une certaine règle ; il est donc recommandé de faire appelle à une entreprise spécialisée ou à une personne qui a fait une étude en écologie. Ce système nécessite l’utilisation d’une fosse, ce qui est le plus naturel, et le propriétaire est dans l’obligation d’entretenir régulièrement l’installation. Même dans ce cas, la commune fait toujours son travail. Le Service public d’assainissement non collectif (SPANC) effectue un examen une fois l’installation terminée.