Dans le monde, quarante-et-un pays, dont dix-neuf en Europe, ont suivi cette décision. En France, une soixantaine de municipalités refusent la présence d’animaux sauvages au sein des cirques. C’est le cas de la petite commune de Saint-Avold, située dans la Moselle, qui accueillait le mardi 27 mars le grand cirque de Saint-Petersbourg. Le directeur du chapiteau n’a pas eu d’autres choix que d’accepter la situation et de se plier aux ordres.

Des Français unis contre l’utilisation d’animaux sauvages

Selon un sondage de l’Ifop (Institut français d’opinion public), 67% des Français sont pour l’interdiction nationale des animaux sauvages dans les cirques. Bien que l’Assemblée nationale n’a toujours pas modifié ses lois, les municipalités peuvent cependant décider de la présence de ces animaux ou non. C’est ce à quoi a été confronté le Grand cirque de Saint-Petersbourg qui a dû obéir à l’arrêté du 18 mars 2011 qui fixe «les conditions de détention et d’utilisation des animaux vivants d’espèces non domestiques dans les établissements de spectacles itinérants».

Des sondages sont mis en place par les habitants de certaines communes afin de convaincre le maire de faire un arrêté concernant la présence des animaux sauvages dans les cirques. Vous pouvez également agir, si cette cause vous tient à cœur, en réalisant et en distribuant des sondages. Des sites spécialisés existent afin de vous aider à rendre votre démarche la plus pertinente possible. Faites-vous une idée en parcourant le site.

Arrêté du 18 mars 2011

L’arrêté du 18 mars 2011 a été établies afin de faire respecter au mieux les bonnes conditions de vie des animaux :

  • Animaux âgés : l’article 9 stipule que «les animaux âgés qui, en raison de leur état de santé, ne peuvent plus participer aux spectacles, sont placés en retraite dans des établissements fixes.»
  • Surveillance : L’article 11 indique que «une surveillance permanente des conditions de visite de la ménagerie est organisée».
  • Santé : l’article 37 stipule que : «les titulaires du certificat de capacité des établissements doivent être en mesure de détecter les premiers signes de pathologies des animaux».
  • Le certificat de capacité concernant l’entretien des animaux non domestiques doit être détenu par tous les responsables de cirques. Il est délivré par le préfet du département du domicile du demandeur.
  • Mouvement : l’article 23 stipule que «les animaux doivent pouvoir se déplacer librement dans les installations extérieures chaque jour».