Pourquoi la Terre se réchauffe-t’elle ?

À l’issue d’un débat qui faisait rage depuis les années 1980, le réchauffement climatique s’impose désormais comme un constat. Dans un rapport publié en octobre, le GIEC annonce ainsi que la température terrestre gagnera +2 C° d’ici 2050.

Une telle augmentation, jusqu’ici considérée comme une hypothèse pessimiste et improbable, impactera lourdement nos modes de vie. Il n’est pas trop tard pour la prévenir, en agissant sur les causes du réchauffement climatique.

On comprend mieux pourquoi celles-ci font l’objet de vives polémiques. L’enjeu tient tant aux moyens de contrôler les dégâts, qu’à l’éventuelle responsabilité des pollueurs. 

L’effet de serre, principale cause du réchauffement climatique

L’effet de serre passe parfois pour l’ennemi du climat. Il s’agit pourtant d’un phénomène naturel, et même essentiel à la vie sur Terre. Sans lui, il y ferait -50 °C !

La température terrestre dépend de l’absorption des rayons solaires. Environ ⅓ d’entre eux est directement réfléchi vers l’espace par l’air et les surfaces claires (banquise, nuages…) Les 70 % restants sont absorbés par le sol, qui renvoie de la chaleur vers l’atmosphère. Les gaz à effet de serre (GES) en retiennent une partie, qui réchauffe l’atmosphère avant d’être renvoyée vers le sol dont elle prévient le refroidissement.

L’effet de serre joue ainsi un rôle essentiel dans la régulation du climat. La température de la Terre varie naturellement sur plusieurs milliers d’années ; mais les écosystèmes ont le temps de s’adapter à cette lente évolution.

Malheureusement, ce cycle est propice à l’emballement. Si le taux de GES augmente trop rapidement, le réchauffement climatique subira une accélération brutale.

Anthropocène : quand l’activité humaine impacte le climat

Telle est la nature du déséquilibre climatique actuel. Le développement des activités humaines depuis la Révolution industrielle génère des émissions de GES massives. Sont notamment en cause :

  • le dioxyde de carbone CO2, produit lors de la combustion d’énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel…) par les secteurs de l’énergie et des transports ;
  • la vapeur d’eau rejetée par le secteur industriel ;
  • le méthane CH4 émis par les activités agricoles.

Les spécialistes parlent désormais d’anthropocène. Dans cette nouvelle ère géologique, l’activité humaine influence la biosphère au point d’avoir déjà fait gagner 1 °C au climat depuis 1901. Si les émission des GES restent constantes, ce réchauffement s’accélérera au cours du XXIe siècle.

Le débat se poursuit sur le détail des causes du réchauffement climatique. Mais ses conséquences se font déjà ressentir. Pour les contrôler, les leaders politiques et économiques doivent mener des actions collectives telles que la régulation des énergies fossiles.