Quelles formalités pour une dispersion des cendres en mer au Luxembourg ?

En cas de crémation d’un défunt, la question de la dispersion des cendres se pose continuellement. Au Luxembourg, il est interdit d’emporter l’urne à la maison. Mais il est accepté, dans certains cas, de les verser dans un cimetière communal, dans un cimetière forestier ou en mer. Nous allons nous intéresser à cette dernière possibilité et aux formalités qui l’entourent.

La loi régissant la dispersion des cendres au Luxembourg

Dans le pays, la loi du 1er août 1972 portant réglementation de l’inhumation et de la crémation des dépouilles mortelles régit la procédure d’épandage des cendres. Selon le vœu du défunt, le bourgmestre peut permettre la dispersion de ses restes sur un terrain privé ou dans un tout autre endroit. Le conseil communal peut créer et aménager une parcelle de terrain dans un cimetière communale pour le dépôt des cendres. Cette disposition nécessite cependant l’accord du Ministre de l’Intérieur. Une autre option est le placement d’urne en columbarium. Tandis que de plus en plus de personnes préfèrent épandre les cendres au pied d’un arbre dans un cimetière forestier. Mais dans le cadre de la dispersion des cendres en mer, il faut l’effectuer dans les eaux où cette pratique est légalisée. Il s’agit principalement de la zone au large d’Ostende.

Législation sur le dépôt des cendres dans un cours d’eau

Au Luxembourg, la loi du 19 décembre 2008 encadre la dispersion des cendres en eau courante : fleuve, rivière, etc. Cette loi stipule : « tout déversement direct ou indirect de substances solides ou gazeuses dans les eaux de surface et les eaux souterraines est soumis à autorisation du ministre ayant la gestion de l’eau dans ses attributions”. Pour œuvrer dans le respect de la réglementation funéraire, il est impératif d’obtenir l’autorisation pour répandre les cendres en mer lorsqu’il s’agit de le faire hors des zones conventionnellement admises :

  • columbarium
  • parcelle de terrain érigée à cet effet dans un cimetière communal
  • pied d’un arbre ou clairière dans un cimetière forestier
  • jardin du souvenir à Luxembourg-hamm

Les étapes de dépôt des cendres en mer

Au Grand-Duché, il existe un registre faisant état de la dispersion des cendres. Ce document est tenu suivant les dispositions de l’article 9 du règlement grand-ducal du 18 octobre 1972 sur la création et le fonctionnement d’un four crématoire dans la rubrique «lieu de dépôt des cendres».

Quid de la dispersion au cimetière

Dans les cimetières, il est d’usage d’utiliser un appareil conçu à cet effet pour les disperser. Et le préposé du cimetière est le seul à avoir le droit d’y procéder. Si les cendres sont à disperser de suite après l’incinération, elles seront recueillies directement dans l’appareil. Si pour une raison exceptionnelle, la dispersion aura lieu à un moment différé, les cendres sont gardées dans un contenant fermé avec la pièce réfractaire. Pour la dispersion dans un endroit éloigné du crématoire, les cendres et la pièce réfractaire seront conservées dans l’urne cinéraire. Cette dernière doit être fermée de façon hermétique et couverte d’un emballage en bois portant le numéro d’ordre de l’incinération.

Quid de la dispersion en mer

Après l’incinération, il faut transporter les cendres à bord d’un bateau spécialisé jusqu’à l’emplacement choisi. Pour la dispersion des cendres en mer, on plonge l’urne avec les cendres dans l’eau. Arrivée à une certaine profondeur, l’urne se rompt et laisse éparpiller les cendres au sein du grand bleu. Ainsi, dans le cadre de cette pratique, il faut prévoir le transport par voie maritime dans le prix dispersion des cendres en mer. Mais pour avoir une idée précise du coût de l’opération, il vaut mieux se renseigner auprès d’une agence funéraire expérimentée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *