Rapporteur du cannabis PL dans la Chambre promet une législation moderne, la plantation et l’accès dans le SUS

L’installation de la Commission spéciale à la Chambre des députés a été approuvée mercredi après-midi (09) pour discuter du projet de loi 399/2015, qui libère la vente de remèdes à base de cannabis au Brésil. Le député Paulo Teixeira (PT/SP) sera le président de la commission et Luciano Ducci (PSB/RS) a été nommé rapporteur.

Le comité donnera son avis au PL de Fabio Mitidieri (PSD/SE) , qui « modifie l’art. 2 de la loi n° 11.343 du 23 août 2006 pour permettre la commercialisation de médicaments contenant des extraits, substrats ou parties de la plante de cannabis sativa dans sa formulation ». Par le texte, la commercialisation sera subordonnée à la preuve de l’efficacité thérapeutique du médicament, dûment certifiée par un rapport médical pour tous les cas d’indication d’utilisation.

En parallèle : Financement des fonds de pension : Les avantages et les risques

Luciano Ducci, qui est également pédiatre, comprend le sujet controversé, mais a dit qu’il espère gagner le sujet dans le délai régimentaire, qui sont 40 sessions, ou 40 jours ouvrables. Il a promis une législation moderne, la culture des plantes au Brésil, la production et la distribution de drogues par SUS :

« C’est une discussion qui est partout dans le monde, plusieurs pays recherchent et produisent ce médicament, et nous l’importons malheureusement ou produisons de manière très précaire ici au pays, à un coût très coûteux pour les patients. Cette commission que nous sommes en train de créer aujourd’hui, nous allons adopter une législation moderne qui permettra au Brésil de planter, de produire le médicament et de distribuer par l’intermédiaire du SUS, au profit de milliers de personnes.

Lire également : Les Français soudés face à l'interdiction des animaux sauvages dans les cirques

Le président de la commission a souligné qu’au cours de la réunion qui a constitué la commission, il n’y avait pas de député contraire à la question et qu’il fallait donc l’adopter sans difficulté.

« Ce que nous avons vu de tous les députés qui ont pris la parole, c’est des paroles en faveur de cette question. S’il y a quelqu’un d’autre, ils ne sont pas venus. Ce sont des partis différents de différents spectres politiques idéologiques, qui démontrent le grand intérêt de la société pour ce sujet ».

Le pétista a déclaré que le comité avait l’intention d’adopter un règlement prenant le meilleur du monde et a cité Israël, le Canada, les États-Unis, la Colombie et l’Uruguay comme les expériences les plus connues aujourd’hui.

« Nous avons la possibilité de l’industrie brésilienne de développer ces médicaments, et les universités recherche l’application de ces médicaments, a un énorme potentiel économique, puisque nous sommes 200 millions d’habitants, et certainement une partie importante de celui-ci nécessitera l’utilisation de ces médicaments.

L’auteur du projet de loi, Fabio Mitidieri, a souligné que la lutte contre les préjugés est avancée.

« Ce que nous avons entendu de la société me rend très heureux, parce que nous avons mûri l’idée, la société a compris qu’il n’y a pas de parler de l’usage récréatif, de la libération de drogues, nous parlons d’utilisation contrôlée pour (Photo : Agence de la Chambre)

Droit en vigueur

Le texte modifie la loi antidrogue qui interdit aujourd’hui la plantation, la culture, la récolte et l’exploitation de plantes et de substrats à partir desquels des drogues peuvent être extraites ou produites, à l’exception des plantes strictement ritualistes-religieuses.

Mais la législation actuelle autorise l’Union à autoriser la plantation, la culture et la récolte de ces plantes et substrats exclusivement à des fins médicinales ou scientifiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *