Les sénateurs débattent du cannabis médical, mais le vote du rapport est reporté

La Commission des droits de l’homme du Sénat fédéral a discuté, jeudi matin (12), du rapport d’Alessandro Vieira (CDD-SE) sur la proposition d’une loi réglementant le cannabis médical et le chanvre industriel au Brésil. La semaine dernière, le parlementaire a donné son assentiment à la proposition législative et a présenté le rapport au comité.

En commun aux membres du comité qui ont demandé la parole sur cette ferme, était la défense du règlement, mais n’a pas permis l’auto-culture, allouant l’activité seulement des entreprises et éventuellement des associations.

Lire également : Rapporteur du cannabis PL dans la Chambre promet une législation moderne, la plantation et l'accès dans le SUS

Le sénateur Fabiano Contarato (REDE-ES) a demandé un avis sur le projet, qui a été étendu à la vision collective. Le président de la commission, Paulo Paim (PT-RS), a demandé aux parlementaires de voter sur le texte lors de la réunion de jeudi prochain (19) : « cette question est discutée depuis quelques années dans cette Assemblée. Je demande un vote jeudi prochain. »

Quant à la proposition 32/2019, qui propose la légalisation de la marijuana à usage médical et récréatif, cette proposition a fait l’objet de l’avis contraire du rapporteur, encore une fois Alessandro Vieira, un rejet qui a été approuvé à l’unanimité par les membres de la commission.

A découvrir également : Peruzzo : un promoteur de l’innovation dans le secteur agricole et espaces verts

Le sénateur Zenaide Maia (PROS-RN) s’est interrogé sur la raison pour laquelle l’Etat brésilien n’assume pas la responsabilité du médicament, en lançant cette responsabilité « sur les tours de familles » qui ont besoin d’entrer dans la Justice pour pouvoir planter de la marijuana à la maison et a suggéré : « Votons sur un projet qui n’a plus besoin de justice ».

Vieira a expliqué que le projet ne prévoit pas la culture à domicile et que la proposition est conforme à Anvisa : « toute activité de plantation doit être étroitement contrôlée ».

« La possibilité d’auto-culture n’est pas envisagée dans le projet, elle n’est même pas stimulée. Je m’oppose à l’auto-culture parce qu’il est impossible d’être supervisé. Cela se produira sous la forme d’une réglementation. »

Dans une déclaration, à la table, le Président de la CDH, le sénateur Paulo Paim

Les sénateurs défendent la CDB synthétique

Eduardo Girão (Podemos-CE), a fait valoir que les familles devraient avoir le droit de recevoir le médicament gratuitement, mais la version synthétisée du cannabidiol. Le politicien a répété arguments erronés utilisés par le ministre Osmar Land contre la réglementation du cannabis médical, en déclarant que « la marijuana contient environ 500 substances. L’un d’eux, travaillé dans un laboratoire peut donner des résultats ». En fait, d’autres cannabinoïdes, tels que le THC lui-même, possèdent également des propriétés médicinales et n’ont pas nécessairement besoin d’être synthétisés.

Le politicien a également rappelé que Le Conseil fédéral de la médecine est contre la proposition et comparé la plantation de cannabis au captopril, un médicament pour l’hypertension extraite du poison du jararaca : « vous n’avez pas besoin de recevoir une morsure de serpent pour résoudre le problème. »

Dans la même ligne manifeste d’une plante et nous ne la plantons pas. » Il a cité l’exemple des plantations de coca en Bolivie, une plante qui possède des propriétés médicinales, mais dont la plupart finissent par se transformer en cocaïne.

« Ce sera la plus grande révolution de la prochaine décennie »

Le sénateur Flávio Arns (REDE-PR) est celui qui prônait le plus le cannabis médical et la recherche. Il a dit que l’usine causera « la plus grande révolution de la prochaine décennie ».

« Nous devons avoir la plantation, car le potentiel que nous avons pour la recherche est immense. Comme si on allait faire des recherches si tu n’avais pas la plantation. Maintenant, il ne peut pas être autorisé pour la plantation individuelle. (…) Vous devez avoir des critères pour planter et ensuite la police peut suivre. Et seulement par les entreprises ou les associations, parce qu’il a des associations qui viennent déjà avec ordonnance judiciaire produisant ».

A la fin du débat, Alessandro Vieira a précisé que pour synthétiser le cannabis, il est nécessaire avant de planter puis de rechercher, comme cela a été fait avec du poppy et du venin de jararaca — cité par les politiciens Podemos. Et il a ironisé : « Nous ne commencerons pas à avoir de la marijuana et des trafiquants de drogue au Brésil si nous adoptons cette loi. Ces agents sont déjà là. Nous devons lutter contre le trafic de drogue, mais nous devons mettre le pied sur le terrain, abandonner le négationnisme. »

La prochaine réunion de la Commission des droits de l’homme du Sénat fédéral sur le sujet aura lieu jeudi prochain (19). Le travail commence à 9h00.

Voyez comment s’est déroulée la réunion de la

Le débat commence à 42 minutes de la vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *