Le Paraguay lance un processus de licence pour la production de cannabis médical

Le Paraguay prévoit d’ouvrir un processus de demande en octobre pour les entreprises cherchant à obtenir une licence de production pour la nouvelle industrie du cannabis médical du pays. Le ministre de la Santé, Julio Mazzoleni, a annoncé jeudi dernier, lors d’une conférence de presse, l’approbation d’une résolution fixant les lignes directrices pour la demande des premières licences de production.

Cinq licences intégrées verticalement seront disponibles. Ils couvrent la culture et la fabrication de produits médicinaux de cannabis. Parallèlement, le Sénat a adopté un projet de loi autorisant la culture domestique de marijuana à des fins thérapeutiques.

A lire en complément : Conseils pour choisir son imprimeur en ligne ?

Le Paraguay a légalisé le cannabis médical en décembre 2007 et, en août 2018, le décret d’application de la loi a été approuvé. Mais jusqu’à présent, il n’y avait pas de débouchés commerciaux pour la production nationale.

Plusieurs détails ont été mis à disposition lors de la conférence de presse. L’inscription ne sera possible qu’en octobre. La Direction nationale de la surveillance de la santé (DNVS) sera chargée du processus.

A lire en complément : La surutilisation des antibiotiques est liée au cancer de l'intestin

Mazzoleni a réitéré quelque chose que le décret d’août 2018 détermine : les titulaires de licence doivent donner 2% de leur production totale au ministère de la Santé du Paraguay.

Le ministère distribuera ces produits gratuitement aux patients domestiques qui ont des conditions pour lesquelles il existe des preuves scientifiques que la marijuana médicale peut aider.

Le ministre a souligné que la question des conditions pour lesquelles la marijuana pourrait être prescrite est « en constante évolution » et que le ministère de la Santé surveillera continuellement l’évolution des données probantes.

Il a déclaré que seuls les patients présentant des conditions pour lesquelles il existe des « preuves scientifiques » — et non des « preuves anecdotiques » — en bénéficieront. Les détails du niveau de preuve requis demeuraient source de confusion.

Le ministre a laissé entendre que la marijuana médicale et récréative a des « composantes différentes », une vision commune dans plusieurs pays d’Amérique latine, où l’utilisation du CBD en médecine est préférée et le THC est désapprouvé.

Arnaldo Giuzzio, chef de l’agence antidrogue du Paraguay (Secretaría Nacional Anti-Drugs — SENAD), a déclaré lors d’une conférence de presse que la production initiale ne sera autorisée que dans le département central, le plus petit et le plus peuplé des 17 départements du pays.

Après avoir évalué le fonctionnement de cette première étape, le nombre de licences et l’emplacement géographique des sites de production peuvent être augmentés.

D’autres sujets importants de la conférence de presse sont les suivants :

Les candidats doivent présenter les plans suivants : culture, fabrication, transport et sécurité. De bonnes pratiques de fabrication seront nécessaires. Les exportations seront autorisées et les entreprises qui souhaitent utiliser cette option devront soumettre un plan d’exportation dans le cadre de l’application. au cas par cas dans le cadre de ce qu’on appelle « l’usage compatissant ». Mais on croit que seul un petit nombre de patients utilisent cette option en raison du coût élevé des produits importés.

Actuellement, une seule entreprise a réussi à importer du CBD comme matière première en vrac, en l’utilisant pour fabriquer et distribuer une huile de cannabis médicinale à une concentration de 25 milligrammes par millilitre.

L’accès devrait changer considérablement lorsque les cinq producteurs autorisés font don de 2 % de leur production au gouvernement.

Plantation domestique

Aussi jeudi dernier, le Sénat du Paraguay a adopté un projet de loi qui permettrait la culture domestique du cannabis médicinal. La Chambre des représentants doit encore approuver le projet de loi avant qu’il ne devienne loi.

Le projet de loi contient un seul article modifiant les articles 30 et 33 de la loi 1340 de 1988. S’il est approuvé dans sa version actuelle, il :

Permettre la possession de marijuana ou de ses dérivés à des fins médicales, à condition que la personne soit titulaire d’un certificat médical validé par le ministère de la Santé attestant qu’elle est un patient de marijuana à des fins médicales.

L’information est tirée du Marijuana Business Daily

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *