Monsanto est condamné à payer 1 milliard de dollars à la victime du cancer aux États-Unis

Dewayne Johnson a affirmé avoir contracté la maladie pendant des années de contact avec l’ingrédient actif des herbicides mis au point par l’entreprise

Le gardien Dewayne Johnson, au tribunal : aucune chance de survie après 2020, selon ses médecins. 07/09/2018 (Josh Edelson/Pool/Reuters)

Sujet a lire : Pourquoi est-ce une bonne idée de garder l'eau CBD à proximité après une séance d'entraînement

La Haute Cour de Californie a ordonné à Monsanto de verser une indemnité de 289 millions de dollars (1,1 milliard de dollars) à un patient atteint d’un cancer. L’Américain Dewayne Johnson a prétendu avoir développé la maladie au cours d’une période où il a travaillé directement avec les herbicides mis au point par l’entreprise.

Bayer, qui l’a acquise pour 62,5 milliards de dollars, Monsanto fait face à plus de 5000 processus similaires aux États-Unis. Le cas de Johnson a été le premier à être jugé aux États-Unis sur la base de la thèse selon laquelle le pesticide glyphosate, produit par Monsanto, est cancérogène.

A voir aussi : Un an plus tard, le marché légal du cannabis au Canada affaiblit

Le jury de la Cour supérieure de Californie de San Francisco a délibéré pendant trois jours avant de décider que Monsanto n’a pas averti Johnson et d’autres consommateurs du risque de cancer que représentent leurs pesticides. La société doit payer 39 millions de dollars en compensation et 250 millions de punition.

Dans une note, Monsanto a dit qu’elle allait faire appel. La société nie que le glyphosate, l’herbicide le plus utilisé au monde, provoque le cancer, affirmant que des décennies d’études scientifiques prouvent que le pesticide est sûr.

« La décision d’aujourd’hui ne change pas le fait que plus de 800 études scientifiques soutiennent le fait que le glyphosate ne cause pas de cancer et n’a pas causé le cancer de M. Johnson », a déclaré la société.

L’affaire Johnson, ouverte en 2016, a reçu la priorité dans le procès en raison de la gravité de son lymphome non hodgkinien, un cancer du système lymphatique qu’il prétend avoir été causé par les herbicides Roundup et Ranger Pro, tous deux formulés à partir du glyphosate de Monsanto. Les médecins de Johnson disent qu’il est peu probable qu’il survivra au-delà de 2020.

Un ancien agent de lutte antiparasitaire dans un système scolaire du comté de Californie, Johnson, a appliqué des pesticides jusqu’à 30 fois par an. Au cours des dernières années, il a travaillé comme concierge dans une école.

Brent Wisner, avocat de Johnson, a déclaré dans une note que les membres du jury, pour la première fois, avaient accès à des documents de l’entreprise qui « prouvent que Monsanto sait depuis des décennies que le glyphosate, et plus particulièrement Roundup, peut causer le cancer ». Il demanda à Monsanto de « placer la sécurité des consommateurs avant le profit ».

Au cours du procès de quatre semaines, le jury a entendu des déclarations de statisticiens, de médecins, de chercheurs en santé publique et d’épidémiologistes qui avaient diverses opinions sur la possibilité que le glyphosate cause le cancer.

En septembre 2017, l’Environmental Protection Agency des États-Unis a conclu une évaluation approfondie des risques liés au glyphosate et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) étudiant la maladie classée glyphosate en 2015 comme « probablement cancérogène pour l’homme ».

Source : Voir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *