Arrêt maladie : savez-vous que vous pouvez être contrôlé ?

Votre médecin traitant ou un spécialiste vous a donné un arrêt de travail. Respectez bien les conditions pendant cette période car vous risquez d’être contrôlé, d’une part par la Sécurité sociale et d’autre part par votre employeur. Si si, c’est possible. Et il a le droit de vérifier que l’arrêt est bien justifié…

Respecter les horaires de présence au domicile

En effet, pendant un arrêt maladie, vous pouvez être contrôlé à tout moment. D’où l’importance de respecter les horaires de présence obligatoire inscrits sur la feuille d’arrêt maladie. Ainsi, si la Sécurité sociale envoie un médecin pour vérifier le diagnostic établi par votre médecin, vous êtes censé être chez vous.

Cela peut vous intéresser : Acquérir les gestes de premier secours pour faire face aux situations d'urgence

Ces dernières années, la Sécurité sociale a multiplié ces types de contrôle afin de limiter les fraudes liées aux arrêts maladies (la France est championne en Europe dans ce domaine !). Elle a ainsi réalisé plusieurs millions d’économies car quand l’arrêt de travail est injustifié, elle suspend les indemnités journalières versées à ce titre.

Le principe de la contre-visite médicale

Par ailleurs, le deuxième type de contrôle peut venir de votre patron. Eh oui ! S’il doute de votre sincérité, s’il soupçonne un abus, une fraude, il peut mandater un cabinet privé qui viendra vous contrôler. Il s’agit d’une contre expertise médicale qui va, une fois de plus, vérifier si votre arrêt maladie est justifié ou non.

Sujet a lire : Pourquoi vous devriez sauter le haut du cannabis traditionnel et aller droit t

Cela vous étonne ? Pourtant, la législation autorise l’employeur à vous contrôler. A l’issue de la contre-visite médicale, le médecin rédige un rapport destiné à votre boss mais aussi à la Sécurité sociale. Et les deux peuvent suspendre vos indemnités maladie dès réception du rapport. Certaines statistiques indiquent que plus de la moitié des employés contrôlés pendant leur arrêt maladie n’étaient pas justifiés… Certains étaient même en vacances sur la Côte d’Azur, tranquillement en famille…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *