Le Comité sénatorial reporte le vote sur le rapport sur le cannabis à des fins médicales

Les sénateurs de la Commission des droits de l’homme et de la législation participative ont décidé jeudi (19) de reporter le vote sur le rapport sur Suggestion législative 6/16 , qui propose une norme réglementaire pour la marijuana médicale et le chanvre industriel au Brésil.

Le rapporteur pour le sujet, Alessandro Vieira (PSD/SE), a demandé de retirer le texte de l’ordre du jour parce qu’il a rédigé un nouveau rapport. Le politicien, cependant, n’a pas assisté à la session. Selon le portail Sechat , le retrait de l’affaire était une stratégie du sénateur visant à empêcher le rejet du rapport.

A lire en complément : Gardez la natation simple et faites un entraînement intense à faible impact

Les parlementaires ont convenu que la question sera discutée et mise aux voix jeudi prochain (26). Selon le président de la commission, Paulo Paim (PT/RS), Vieira a demandé le retrait de l’ordre du jour pour revoir le rapport lui-même, compte tenu des contributions de ses collègues, et présentera un nouveau texte la semaine suivante. Toutefois, au cours de la session, Paim a reçu des informations selon lesquelles ce nouveau rapport avait été déposé. Les sénateurs se sont ensuite disputés au sujet du régiment du comité.

Acir Gurgacz (PDT-RO) a fait valoir que, comme une opinion collective était demandée, elle n’aurait pas pu être retirée de l’ordre du jour. Marcos Rogério (DEM/RO) a déclaré que si la plénière décidait de voter sur la question, cela pourrait le faire, mais le fait que le rapporteur soit absent le dérangeait : « s’il y a un nouveau rectatoire, il faut le voir dans le nouveau rapport ».

Dans le meme genre : Diabète de type 2 : étude montre que le régime alimentaire à base de plantes réduit le risque de développer la maladie

Arolde de Oliveira (PSD/RJ) s’est plaint que le projet est 2016 et a déjà été suffisamment débattu : « il est trois ans, donc il n’y a pas de problème manque de temps pour débattre ».

Cependant, l’auteur de la demande de vues, Fabiano Contarato (REDE/ES), s’est exprimé dans la position opposée : « Nous avons un rapporteur qui a à tout moment le pouvoir discrétionnaire de revoir son propre rapport. Cette question est-elle si urgente que nous ne pouvons pas attendre que le sénateur le fasse ? » , interrogea-t-il.

« Demain, vous voudrez retirer un rapport pour revoir votre position, qui est l’une des principales vertus de l’être humain qui est l’humilité », a-t-il conclu.

Enfin, le vice-président de la commission, Telmário Mota (PROS-RR), a déclaré que le vote sur le rapport a été entravé pour être voté aujourd’hui et a assuré : « Je ne doute pas que ce projet sera voté la semaine prochaine sans traumatisme. »

Voyez comment s’est déroulée la session

  • Le thème est abattu de 37 minutes

Prochaines étapes

S’il est approuvé par les membres de la CDH, le texte proposé par le Réseau brésilien pour la réduction des risques et les droits de l’homme sera soumis au Conseil d’administration de la Chambre, qui sera numéroté et commencera à travailler comme un projet de loi rédigé par la commission elle-même.

À partir de là, c’est le conseil d’administration qui décidera des comités sur lesquels le PL doit travailler. En principe, il ne revient pas à CDH. Il est le plus susceptible d’aller aux commissions de il a expliqué sa proposition.

« L’idée du projet que nous élaborons, basée sur une suggestion d’initiative populaire, est d’autoriser la culture du cannabis à l’intérieur, dans des bâtiments sécurisés, sans accès du grand public. Mais celui qui réglementera cette culture est Anvisa. La culture doit être sûre, même si nous n’avons pas de questions sur qui pensent que la libération de la culture favorisera la consommation récréative.

« Ce que nous voulons, c’est encourager la production d’un médicament, de sorte que la sécurité doit être prioritaire. Si les associations qui cultivent actuellement du cannabis avec l’autorisation du ministère de la Justice satisfont à ces exigences en matière de sécurité, elles peuvent poursuivre leur production.

Objectifs originaux de la proposition

La suggestion originale pour le projet de loi en faveur de la marijuana médicale et du chanvre industriel présentée par le Réseau brésilien de réduction des risques et DDHH au Sénat énumère les objectifs suivants :

I — Établir un cadre réglementaire complet pour la marijuana médicale, conformément au décret 5813/2006, qui approuve la Police nationale des plantes médicinales et phytothérapies, du ministère de la Santé.

II — Assurer la délivrance de licences pour la culture et la manipulation du chanvre industriel, ainsi que les autorisations pour la production de semences de chanvre agricole par le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Approvisionnement. (Lire le document complet)

Le sénateur Alessandro Vieira, cependant, est contre la proposition d’autoculturelle :

« Ce que nous avançons avec Anvisa, c’est dans le sens de réglementer la culture et l’approvisionnement de ces produits par l’État lui-même, en scellant l’auto-culturel qui peut réellement générer le risque de consommation récréative. Il doit certes réglementer, surveiller et prévenir toute déviation liée à la consommation récréative. Nous préconisons est de répondre à un besoin médical ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.