OAB débatte de la réglementation du cannabis médicinal

Le Conseil fédéral de l’Ordre des avocats brésiliens a discuté, dans l’après-midi du mercredi (18), à Brasilia, Séminaire Le cannabis Médicaments : droit, santé et réglementation . La réunion marquera une position future du Conseil complet de l’OAB sur le sujet dans le contexte des discussions au Congrès national et à la Cour suprême.

Parlez des noms d’événements tels que le Dr Elisaldo Carlini , un scientifique pionnier dans la recherche médicale sur le cannabis à travers le monde, Margaret Brito , président de l’Association for Medical Cannabis Research and Patients Support, et Emilio Figueiredo , président du Réseau juridique pour la réforme des politiques en matière de drogues.

Lire également : Peruzzo : un promoteur de l’innovation dans le secteur agricole et espaces verts

Représenter Anvisa , ont assisté à Renata de Morais Souza (Gestion des produits contrôlés) et à Ana Cecília Bezerra Carvalho (Gestion de médicaments spécifiques, notifiés, phytothérapies et gaz médicinaux). Déjà au nom du Congrès, étaient les députés Paulo Teixeira (PT/SP) et Tiago Mitraud (NOVO — MG).

Rodrigo Mesquita, de la Commission des affaires réglementaires, a souligné qu’il proposait une table large, parce que le sujet chevauche les intérêts partisans et les frontières : « OAB discuté du devoir de traiter la question le plus pluriel possible, les députés ont été invités à la gauche, à droite libérale, à droite conservatrice »

Sujet a lire : Keto BodyTone Avis - My Blog

Lors de la solennité d’ouverture, Orlando Silva Neto, président du Comité spécial des affaires réglementaires de l’Ordre, a donné le ton de ce qui serait l’événement : « Il n’y a aucune raison plausible pour que les gens, basés sur la littérature médicale, soient privés de ce droit.

Cezar Britto, membre honoraire à vie du Conseil fédéral de l’OAB, a félicité le courage des personnes présentes pour faire face aux préjugés « et tous ceux qui comprennent que la douleur de l’autre n’est pas leur problème » :

« Ce courage de tous ceux qui sont ici est ce qui nous apporte la légitimité de porter cette question au STF. Le Brésil ne serait pas là à se disputer si vous n’aviez pas le courage. »

Margarete Brito, présidente de Apep , défendu l’auto-culture et la plantation associative. Il a soutenu que le patient qui veut planter à la maison devrait avoir ce droit : « nous nous battons non pas pour le produit importé, mais pour envisager la culture individuelle et associative ».

« Allons-nous manquer une excellente occasion de développement économique ? » , interroge l’ancien ministre

L’ancien ministre de la Santé, Alexandre Padilha a souligné dans son discours qu’au Brésil, la Constitution prévoit le droit à la santé comme une obligation de l’État et a critiqué : « mais ce que nous avons aujourd’hui comme réglementation favorise un profond abîme dans ce processus », où seuls ceux qui ont des ressources ont accès au cannabis médical.

« La santé est le moteur du développement du pays. La demande 8,2% du PIB brésilien, est trois fois plus que le dilue. « Nous avons le climat, l’extension territoriale », a-t-il ajouté.

« Je crains que lorsque je réglemente, parce qu’une heure réglementera, nous aurons déjà toutes les semences brevetées, les pesticides définis pour ces semences. Autant dit, nous manquerons une grande occasion de développement économique » dans le domaine de la marijuana, craint le politicien.

Enfin, Padilha a conclu qu’il est nécessaire et possible de clarifier n’importe qui sur le sujet : « même le plus lésé, le plus fondamentaliste, le plus obscurantiste, il se penche devant le soulagement des familles », a-t-il conclu.

la Commission sur le cannabis médicinal sera créée mardi, selon le député

Le député fédéral Paulo Teixeira (PT/SP) a informé au cours du séminaire que c’est lui qui sera le président de comité spécial de la Chambre sur le PL qui réglemente les drogues de marijuana au Brésil. Selon le politicien, le rapporteur sera Luciano Ducci (PSB/PR). Le politicien a également rapporté que le président de la Chambre, Rodrigo Maia lui a promis d’installer cette Commission spéciale jusqu’à mardi (24/09).

Teixeira a fait valoir que le règlement qui quittera la Chambre « sera le fruit de notre capacité à l’influencer », et que « l’industrie pharmaceutique étrangère voudra se concentrer » sur elle. Par conséquent, il a demandé à la participation des patients dans ce processus : « Nous devons amener les enfants, les parents, les oncles, les grands-parents pour parler de leur expérience »

Le débat est, oui, idéologique, dit Emilio Figueiredo

Le président de la Réforme des drogues , avocat Emilio Figueiredo, a soutenu que le débat sur la marijuana « est, oui, idéologique », contrairement à la position des autres débatteurs à la table.

« La position de Bolsonaro le montre, de la livraison de l’économie brésilienne aux étrangers, et notre idéologie est de production nationale, qui favorise les gens ».

« Nous ne pouvons pas laisser cet argent être envoyé à l’étranger, il doit circuler ici », a-t-il dit. « Le profit conduit la compagnie de bière à mettre du maïs dans la boisson, il y avait un réfrigérateur qui mettait du carton dans la viande. Je me demande ce qu’ils vont mettre dans le cannabis pour gagner plus d’argent ? » , interrogea-t-il.

Elisando Carlini ne prendra pas sa retraite

Dr Elisaldo Carlini, un scientifique pionnier dans la recherche sur le cannabis dans le monde entier, avec Raphaël Mechoulam , avant de commencer son discours, s’est excusé pour sa voix et sa mauvaise santé et a été très applaudi.

Le médecin a donné un exposé passionnant sur l’histoire de la marijuana, le racisme qui imprègne son interdiction, la persécution politique qu’il a subie par ses recherches et les dernières découvertes mondiales. Le scientifique m’a assuré qu’il ne prendra pas sa retraite.

« J’ai 90 ans et j’ai commencé à penser quand je devais m’arrêter. Eh bien, la tête va bien, les jambes sucent, alors pourquoi dois-je m’arrêter ? » , interrogea-t-il.

Après la >

Le Dr Elisaldo Carlini donne un discours passionnant à l’OAB sur l’histoire de #CannabisMedicinal , le racisme qui imprègne l’interdiction, la persécution politique qu’il a subie pour ses recherches et les dernières découvertes scientifiques. Le scientifique de près de 90 ans a assuré qu’il ne prendra pas sa retraite ! pic.twitter.com/dij7hczdg4

— SECHAT (@OficialSechat) 18 septembre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.